Mange, tu sais pas qui te mangera !

mangeNe reculant devant aucune expérimentation culinaire, nous avons déjà testé le paléo, le sans gluten, l’hypocalorique, le shaker de protéines, le juicing, l’indice glycémique, le végétarien… Bref, tout un tas de régimes alimentaires, bien qu’aucun de nous deux ne présente d’allergies ou d’intolérances.

Au-delà du goût de l’expérimentation, l’objectif avoué est d’être en bonne forme, dans l’esprit « fit for life », même si l’objectif plus ou moins inavoué est aussi de sécher un peu le gras du jambon.

Après des mois d’essais plus ou moins scientifiquement valables, voici un tour d’horizon de nos conclusions (toutes personnelles). Un point commun à toutes ces expérimentations : le plaisir  ! De manger, de cuisiner, de partager un repas. Il faut que ce soit bon, beau et si possible rassasiant. Ce qui explique que notre régime alimentaire soit aujourd’hui un mix 80 % paléo / végétarien / juicing / 20 %  junk food. Ou plutôt 70/30 pour UFF. Le tout en bio autant que possible.

Le principe Les atouts Séquence vérité Ce qu’il nous reste de l’expérience
Régime paléo Ne manger que des aliments consommés à l’époque paléolithique. Dis comme ça, ça paraît crétin, mais ça consiste surtout à manger ce que l’on cuisine et à bannir les céréales et les sucres.Les aliments de base sont les protéines animales, les fruits et légumes, les noix.Un site passionnant vous en dira plus ici. Pour sécher sans s’affamer, c’est l’idéal. On est relativement (cf case suivante…) en forme. De fait, on se concentre sur du fait maison, donc c’est bien meilleur. Suivi sérieusement, c’est sans doute le meilleur régime alimentaire pour les sportifs. On a faim tout le temps, du coup on passe beaucoup de temps à manger. Et… Ça donne la courante.La fringale de sucre et surtout de textures plus sèches (le pain notamment) se fait sentir assez vite.Il faut vivre avec des paléo friendly, sinon la vie sociale est un peu compliquée.Ajoutons que ce régime pose franchement des problèmes écologiques, puisqu’il implique de manger des protéines animales en assez grandes quantités. Le régime paléo reste l’horizon duquel nous essayons perpétuellement de nous approcher (sans jamais vraiment l’atteindre, comme l’horizon).
Le sans gluten L’idée est que le corps humain tolère mal les glutens présents dans beaucoup d’aliments transformés (en particulier ceux issus du blé : pâtes, pain…) qui créent toute une litanie de désagréments. Une fois que vous mangez déjà paléo, c’est forcément sans gluten.On découvre tout un tas de farines alternatives, souvent savoureuses. Bannir le gluten revient à bannir les glutens : celui des pâtes (donc cuit à l’eau et plus digeste) n’est pas le même que celui du pain blanc, alors qu’il ne s’agit pas de la même chose.Des études sont en cours pour montrer si un placebo n’aurait pas les mêmes effets. Vous en saurez plus sur ce débat sans fin en écoutant cette excellente émission sur France Inter. UFT a enfin remplacé sa baguette du matin par du pain complet.
Le juicing S’alimenter uniquement sous forme de jus de fruits et légumes frais. C’est bon, c’est beau et c’est ludique !On peut expérimenter des mélanges comme concombre pommes épinards. Et c’est bon quand même. La faim et l’envie d’uriner sont omniprésentes : ça manque de consistance et de protéines pour les sportifs. Nettoyer une centrifugeuse, c’est quand même une boucherie : les jus ne se conservent pas, il faut les faire et les boire instantanément. Un ou plusieurs soirs par semaine, remplacer le repas par un jus permet d’oublier un repas andouillette-frites-vin rouge, ni vu, ni connu.Après un run, c’est un kiff immense qui réhydrate, régale et rebooste.
L’index glycémique (IG) Privilégier les aliments à faible IG : les pics de glycémie dans le sang déclenchent le stockage des graisses. Ils sont suivis par une « descente », qui crée des fringales et ainsi de suite. Tout est expliqué . C’est très simple à mettre en œuvre, il suffit de réfléchir : une banane verte  a un IG plus léger qu’une banane bien mûre.Comme les autres régimes alimentaires, l’IG amène à bannir les aliments transformés et à modérer les féculents. Il faut quand même pas mal réfléchir, et ça, pour des sportifs, hein… UFF ne se lâche plus sur le riz blanc, base de son alimentation il n’y a pas si longtemps.
Le végétarien Ne pas manger de cadavres. C’est bon, varié, écolo. Les recettes « tradis » sont facilement adaptables. Le manque de protéines est difficile à tenir sur la durée quand on est très sportif. Beaucoup de nos repas sont végétariens, par goût et par conviction.

Une Fit Fille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s